Arreter fumer

L’arrêt du tabac grâce à l’hypnose

hypnose

Plus de 75 000 personnes décèdent du tabac chaque année en France. Et plus de 10 millions de français sont addicts au tabac en 2020 selon les dernières statistiques de Santé Publique France. Des chiffres alarmants qui ne doivent pas faire oublier tous ceux qui ont pu arrêter le tabac ou qui envisagent de le faire. Oui mais comment? C’est bien là souvent que le bas blesse. Les arrêts sont difficiles et les rechutes nombreuses. Parmi les techniques utilisées pour arrêter le tabac, l’hypnose enregistre des résultats plutôt probants, disent les ex-fumeurs. Éclairés et rassurés en partie par l’avancée des neurosciences, nous connaissons mieux l’hypnose qui est aujourd’hui pratiquée tant dans les cabinets de psychothérapie qu’à l’hôpital. Comment se passe une séance d’hypnose pour arrêter le tabac et que peut-on en attendre? On fait le point.

 

Comment se déroule une séance?

Pour soigner la dépendance au tabac, il semble que l’hypnose agisse comme une expérience similaire à celle de l’addiction proprement dite. En effet, les personnes dépendantes soulignent quasiment toutes le plaisir qu’elles ont à fumer, en évoquant une expérience agréable. L’hypnose va utiliser le même chemin pour la guérison en substituant une autre expérience basée elle aussi sur le plaisir mais en éliminant la culpabilité liée à la dépendance.

 

Une séance d’hypnose pour l’arrêt du tabac est souvent effectuée en petit groupe mais peut aussi se vivre seul comme dans le cabinet de Steven Horn à Paris. Chaque patient  fera systématiquement l’objet d’un entretien individuel préalable afin d’évaluer :

  • ses motivations : est-ce une première tentative? Pour quelles raisons le patient souhaite-t-il arrêter?

  • ses liens avec la dépendances (gestes spécifiques, moments associés à la cigarette)

  • l’environnement familial et professionnel qui peut-être un facteur d’encouragement et de soutien ou non

  • les risques d’effets secondaires comme la prise de poids ou la dépression

Ensuite, l’hypnothérapeute va construire une stratégie d’hypnose basée sur des suggestions pour amener son patient à l’arrêt du tabac.

Les patients se réunissent ensuite dans une même pièce et la séance peut commencer.

Traditionnellement, une séance débute toujours par un test de suggestibilité avant d’entamer la phase d’induction qui se passera confortablement installé en position assise.

Le patient ira ensuite progressivement d’un état de conscience à un autre pour entrer de plus en plus profondément dans la transe hypnotique. Cela va d’une phase de pesanteur à un engourdissement.

Une fois que le patient est suffisamment installé dans la transe hypnotique, l’hypnothérapeute va pouvoir lui faire une série de suggestions thérapeutiques qui visent à :

  • valoriser  le patient pour lui montrer qu’il a les capacités d’arrêter en lui

  • créer des aversions par exemple pour l’odeur, le goût de la cigarette

  • modifier son comportement (gestes ou images liées au tabac)

  • renforcer le changement souvent par le plaisir d’autres expériences

Aura ensuite lieu une phase de réveil souvent après un décompte, suivi de conseils au patient pour renforcer la cohérence de la séance comme jeter son paquet ou écouter un enregistrement audio d’une séance d’hypnose durant les jours qui suivent la séance pour accompagner le changement.

 

Que peut-on attendre de l’hypnose?

Les résultats de l’hypnose pour l’arrêt du tabac sont sans appel et les témoignages nombreux à tel point que les compagnies d’assurance encouragent leurs adhérents à vivre cette expérience.

A la question, “combien de temps faut-il pour arrêter définitivement le tabac” ou “après combien de séances », tout dépend. Même si la moyenne dépasse rarement les deux séances. On parle de 72% de taux de réussite après une séance. Fuyez donc un hypnothérapeute qui vous demandera de revenir trois ou quatre fois. C’est assurément un charlatan.

Il est possible que la séance ne fonctionne pas pour vous car le 100% réussite n’existe jamais. Cela peut s’expliquer en partie par votre niveau de motivation, votre maturité en quelque sorte au moment où vous avez pris contact avec un thérapeute ou parce que le courant n’est pas passé avec l’hypnothérapeute, ce qui peut arriver!

Ce que l’on sait c’est que les hypnothérapeutes chevronnés affichent des taux de rechute très faibles et souvent le bouche à oreille fonctionne très bien.

Il est possible que le sevrage donne lieu à des effets secondaires qu’il s’agira de surveiller et qui pourront relever d’un traitement médical.

Quitter la version mobile