Comment prévenir le cancer de la bouche ?

Comment prévenir le cancer de la bouche ?

La santé commence dans la bouche. Ce slogan accrocheur est particulièrement vrai pour la prévention du cancer de la cavité buccale, de la mâchoire et de la gorge. Le cancer de la cavité buccale et de la gorge est la septième tumeur maligne la plus fréquente chez les hommes, et la quinzième chez les femmes.

Qui est concerné ?

Chaque année, des milliers d’hommes et de femmes reçoivent un nouveau diagnostic de cancer de la bouche, du palais, des glandes salivaires et de la gorge. Les personnes au début de la soixantaine sont les plus susceptibles d’être touchées. Les hommes sont également près de trois fois plus susceptibles d’être touchés que les femmes. Chaque diagnostic de cancer frappe durement les personnes touchées.

Un facteur aggravant dans le cas du cancer de la cavité buccale est qu’une maladie ou une opération du visage est immédiatement évidente pour tout le monde et peut avoir un effet très négatif sur l’estime de soi. De plus, être ensemble avec d’autres personnes est tendu car des fonctions sociales importantes comme parler, mâcher ou avaler ne sont possibles que dans une mesure limitée.

Causes et risques

Les tumeurs de la cavité buccale sont très souvent causées par le tabac et/ou l’alcool. Les cigarettes très fortes ou sans filtre, les boissons alcoolisées à haute teneur en alcool et surtout la combinaison entre le tabac et l’alcool sont particulièrement dangereuses. Selon la quantité de tabac et d’alcool consommée, le risque de développer un cancer est au moins six fois plus élevé que chez une personne qui ne fume pas ou ne boit pas d’alcool.

Depuis le milieu des années 1990, le taux de nouveaux cas chez les hommes a diminué, tandis que chez les femmes, il a ralenti. D’autres facteurs de risque importants sont un comportement alimentaire défavorable, en particulier la faible consommation de fruits et légumes (et donc trop peu d’antioxydants) et une mauvaise hygiène bucco-dentaire.

Pour les personnes qui ne se rendent pas régulièrement chez le dentiste, la situation est aggravée par le fait que le cancer n’est souvent découvert qu’à un stade ultérieur. Les points douloureux chroniques de la muqueuse buccale (par exemple, sur les bords tranchants des dents ou des prothèses dentaires), les maladies fongiques chroniques de la bouche (Candida albicans) et les papillomavirus peuvent également contribuer aux cancers buccaux. Les diabétiques souffrent plus fréquemment de modifications de la muqueuse buccale, pouvant causer un cancer, que les personnes en bonne santé.

Prévention du cancer de la cavité buccale, de la mâchoire et de la gorge

L’abstention de tabac, une consommation rare et modérée d’alcool et une bonne hygiène bucco-dentaire (avec un brossage complet des dents deux fois par jour et des visites régulières chez le dentiste) constituent une bonne protection, soutenue par une alimentation saine de la bouche et des dents avec beaucoup de fruits, de légumes, de lait et de produits complets.

Utiliser les visites semestrielles chez le dentiste pour une détection précoce

La détection précoce joue un rôle particulier. Comme dans toute maladie cancéreuse, plus la tumeur est détectée tôt, plus les chances de guérison sont grandes.

Les dentistes jouent ici un rôle important en tant qu’experts de la santé bucco-dentaire : lors de chaque bilan semestriel, ils doivent examiner systématiquement toute la cavité buccale, en particulier dans le cas des patients à risque comme les fumeurs. Si vous n’êtes pas sûr que votre propre dentiste effectuera également cet examen, il vous suffit de lui parler brièvement lors du prochain rendez-vous et de le lui demander.

Contrôle de la cavité buccale

En outre, chacun peut contribuer lui-même à la détection précoce en vérifiant régulièrement sa cavité buccale dans de bonnes conditions d’éclairage. Si vous remarquez des zones blanchâtres, plates et dures, vous devez immédiatement consulter un médecin.

En effet, il peut s’agir de ce qu’on appelle la leucoplasie, c’est-à-dire des modifications plates et non effaçables de la muqueuse qui, en tant que stades précancéreux (précancéroses), peuvent se transformer en une tumeur maligne de la muqueuse (carcinome épidermoïde). Les changements plats, rougeâtres ou les points douloureux dans la bouche qui existent depuis plus de deux semaines doivent également être examinés par un médecin, un dentiste ou un chirurgien buccal et maxillo-facial dès que possible.


Je choisis ma stratégie

Je choisis ma stratégie


Il est important de faire la différence entre se mettre à fumer une seule cigarette et se rechuter complètement dans le tabagisme. Si vous faites une petite erreur de parcours en fumant une seule cigarette, cela ne veut pas dire que vous êtes à nouveau dans le cycle de la dépendance à la cigarette.

Les bienfaits d’arrêter de fumer

Les bienfaits d'arrêter de fumer

La cigarette a des effets négatifs épouvantables, entre autres sur notre oxygénation et notre tension artérielle, en passant par les risques de maladies graves comme le cancer de la bouche ou du poumon ou des affections importantes sur le plan cardiovasculaire. Après deux jours, c’est la nicotine qui est expulsée tandis que les terminaisons nerveuses de l’ex-fumeur commencent à se régénérer. L’odorat, le goût et le sommeil s’améliorent également.

Syndrome de manque

Syndrome de manque

Le syndrome de manque est la conséquence de la baisse brutale de la nicotine dans l'organisme en dessous d'un certain seuil auquel le fumeur est habitué ; dans cette situation, le cerveau, notamment ses récepteurs, réclame sa dose de nicotine. Nervosité, colère, agressivité, agitation, impossibilité de se concentrer, insomnie, envie de grignoter et de manger, tristesse, dépressive, anxiété, impossibilité de se concentrer...sont caractéristiques du syndrome de manque.