5 conseils pour arrêter de fumer après 50 ans

5 conseils pour arrêter de fumer après 50 ans

5 conseils pour arrêter de fumer après 50 ans

Bien que la cigarette soit dangereuse pour la santé, bon nombre de personnes fument s’exposant ainsi à tous les maux possibles. La réalité est qu’il est difficile de s’arrêter quand on se familiarise avec cette drogue. C’est encore plus pénible quand cette habitude est suivie jusque dans la cinquantaine. Cependant même à cet âge, il est tout à fait possible de se détacher de cette mauvaise addiction. Voici quelques conseils pour vous aider dans ce long processus.

Optez pour l’utilisation d’e-liquide

Prendre la décision de ne plus fumer lorsqu’on atteint la cinquantaine est un pas décisif vers une meilleure santé. Mais les débuts étant très difficiles, il est préférable de procéder progressivement avec des périodes de transition douces. Pourquoi ne pas essayer l’e-liquide au CBD ? Il s’agit d’un produit à base de CBD destiné à vapoter à l’aide d’une cigarette électronique. Concrètement, c’est un fluide vendu dans de petits flacons et qui est généralement composé de trois ou quatre ingrédients :

  • la glycérine végétale ;
  • le propylène ;
  • de l’arôme ;
  • et de la nicotine.

C’est la forme la plus souvent utilisée par les vapoteurs pour arrêter de consommer du tabac progressivement. Cependant, bien que l’utilisation de l’e-liquide au CBD a une action apaisante sur le corps et fournit une sensation bienheureuse, il ne constitue pas une réelle méthode pour mettre fin à l’envie de prendre du tabac. Le CBD utilisé pour le vapotage est avant tout, pour un usage récréatif. Aussi, ces produits faits à base de fleur de CBD pour la plupart se présentent également sous d’autres formes telles que l’huile de CBD, les cristaux, les gélules ou encore la cire.

Envisagez les médicaments dénués de nicotine

Pour une action plus directe dans votre processus de ne plus consommer la cigarette, vous pouvez envisager de prendre des médicaments qui ne contiennent pas de nicotine. Il a été autorisé sur le marché deux médicaments ne comportant pas de nicotine : la varénicline et le bupropion. Ces deux produits pharmaceutiques idéals pour des seniors, ont la capacité de réduire l’appétit, mais aussi les symptômes de sevrage.

  • La varénicline émet une action sur les matières chimiques que l’on retrouve dans le cerveau et qui sont responsables des envies de nicotine. Elle contribue donc à amoindrir ces envies ainsi que les manifestations. Ce médicament se présente sous la forme de comprimés à prendre durant 12 semaines. Quant au bupropion, il intervient sur les éléments chimiques du champ cervical qui interviennent dans le désir de nicotine. Il réduit aussi les comportements de manque de nicotine.
  • Le bupropion se prend également en comprimé sur une durée de 12 semaines. Cependant, si vous arrivez à ne plus consommer du tabac pendant ce laps de temps, vous pouvez l’utiliser durant 03 à six mois de plus afin de réduire le risque de rechute. Dans ce cas également, si vous avez vaincu l’habitude, utilisez la varénicline pendant 12 semaines en plus pour éviter une potentielle aggravation.

Un chaton virtuel pour vous sevrer

Grâce aux cancéropôles, une nouvelle technologie de sevrage est née. Avec l’association des partenaires techniques, ils ont créé un jeu vidéo qui se joue en communauté via un smartphone. Cette distraction met l’accent sur un chaton dépendant de la cigarette. Il a pour but d’amener le joueur à accompagner à épauler son nouvel animal virtuel à stopper la cigarette sur une durée précise de 222 jours. Des cours de boxe, de yoga ou des sessions de relaxation pour l’animal virtuel sont prévus. Le joueur est donc supposé ne pas fumer avec l’aide de ces mini-jeux. D’autres applications dans le même genre sont également disponibles.

Utilisez les thérapies de remplacement de la nicotine (TRN)

Le sevrage brutal, c’est-à-dire l’arrêt sans l’aide d’un TRN, d’une séance de rééducation ou d’une médication, est un moyen très répandu pour arrêter de consommer du tabac.. Néanmoins, seulement 6 % de ces essais d’abandon ont réellement fonctionné. Les TRN peuvent vous permettre de lutter contre les symptômes de sevrage liés à la suppression du tabac. Ils ont été créés pour habituer votre corps à l’absence de cigarette et vous procurer une quantité limitée de nicotine tout en vous évitant d’être exposé à d’autres substances chimiques présentes dans le tabac.

La Food and Drug Administration autorise cinq formes de TRN. Il s’agit des pastilles, des timbres cutanés, des gommes à mâcher, de l’inhalateur et du vaporisateur nasal. Notez que ces deux derniers sont uniquement sur ordonnance d’un médecin. Discutez-en avec votre docteur si vous décidez de choisir l’une de ces options. Compte tenu de votre âge avancé, il se pourrait que certaines alternatives ne puissent être possibles. Si au cours de l’utilisation de ces produits, vous souffrez de maux inhabituels, contactez un professionnel de la santé.

Bénéficiez d’un soutien comportemental

Arrêter la consommation de tabac demande à ce que vous preniez en main votre dépendance. Pour cela, faites appel à des services de conseil, d’auto assistance et des services de soutien pour vous aider. Avec l’aide d’un groupe de soutien, vous vous éloignerez de votre addiction sur le long terme. Selon certaines études, l’association des comprimés varénicline et bupropion améliore jusqu’à 25 % les chances d’arrêter de consommer du tabac pendant longtemps.


Je choisis ma stratégie

Je choisis ma stratégie


Il est important de faire la différence entre se mettre à fumer une seule cigarette et se rechuter complètement dans le tabagisme. Si vous faites une petite erreur de parcours en fumant une seule cigarette, cela ne veut pas dire que vous êtes à nouveau dans le cycle de la dépendance à la cigarette.

Les bienfaits d’arrêter de fumer

Les bienfaits d'arrêter de fumer

La cigarette a des effets négatifs épouvantables, entre autres sur notre oxygénation et notre tension artérielle, en passant par les risques de maladies graves comme le cancer de la bouche ou du poumon ou des affections importantes sur le plan cardiovasculaire. Après deux jours, c’est la nicotine qui est expulsée tandis que les terminaisons nerveuses de l’ex-fumeur commencent à se régénérer. L’odorat, le goût et le sommeil s’améliorent également.

Syndrome de manque

Syndrome de manque

Le syndrome de manque est la conséquence de la baisse brutale de la nicotine dans l'organisme en dessous d'un certain seuil auquel le fumeur est habitué ; dans cette situation, le cerveau, notamment ses récepteurs, réclame sa dose de nicotine. Nervosité, colère, agressivité, agitation, impossibilité de se concentrer, insomnie, envie de grignoter et de manger, tristesse, dépressive, anxiété, impossibilité de se concentrer...sont caractéristiques du syndrome de manque.