Pourquoi est-il difficile d’arrêter de fumer ?

Pourquoi est-il difficile d’arrêter de fumer ?

Pourquoi est-il difficile d’arrêter de fumer ?

Parmi toutes les maladies que les fumeurs ont plus de chances d’attraper que les non fumeurs, on citera le cancer, la crise cardiaque, la pneumonie, la tension artérielle élevée et la cataracte. Cela fait du tabac la deuxième cause majeure de mortalité dans le monde. Les enquêtes indiquent que la moitié des personnes qui fument aujourd’hui mourront probablement d’une maladie liée au tabac.

Malgré tout, en dépit d’avoir conscience de toutes les conséquences du tabac sur la santé et en dépit du désir d’arrêter de fumer, mettre fin à cette habitude est très difficile pour de nombreux fumeurs. Cela s’explique par le fait que fumer est une addiction à la fois physique et psychologique.

La dépendance physique au tabac

L’impression de se sentir plus concentré ou plus réveillé après avoir fumé une cigarette vient justement de cette production d’adrénaline par notre corps. Dans le même temps, notre cerveau va produire de la dopamine, la molécule du plaisir, créant ainsi un sentiment de satisfaction et de relaxation. Malgré tout, le niveau de nicotine dans le cerveau, tout comme l’effet de plaisir de la cigarette, disparaît en quelque minutes. C’est ce qui déclenche le cycle vicieux de la dépendance car vous aurez besoin de fumer une autre cigarette pour continuer à vous sentir bien.

Si vous arrêtez de fumer et cassez ce cycle de la dépendance, vous allez éprouver un certain nombre de symptômes physiques en raison de la sensation de manque éprouvée par votre corps. La sensation de manque en nicotine commence rapidement, en général dans l’heure qui suit la dernière cigarette pour atteindre un pique deux à trois jours plus tard. Les symptômes de la sensation de manque peuvent durer de quelques jours jusqu’à plusieurs semaines et peuvent différer entre chaque individu. Les symptômes de manque en nicotine sont les suivant:

Les symptômes du manque de nicotine
  • Besoin de cigarettes
  • Irritabilité, frustration ou colère
  • Anxieté et nervosité
  • Difficulté à se concentrer
  • Appétit plus grand
  • Maux de tête
  • Insomnie
  • Sursauts
  • Fatigue
  • Constipation ou maux d’estomac
  • Dépression
  • Rythme cardiaque plus lent

Dépendance psychologique au tabac

A cause de l’effect addictif de la nicotine sur le cerveau, il se peut que vous considériez aussi la cigarette comme un moyen de surmonter votre stress, votre anxieté, votre dépression ou même votre ennui. Si en plus vous utilisez la cigarette comme un moyen de réguler vos émotions quand vous vous sentez mal, arrêter de fumer sera particulièrement difficile. Pour réussir à arrêter de fumer, vous aurez besoin d’explorer et de comprendre ce qui vous pousse et vous donne envie de fumer afin que vous puissiez vous faire un plan d’actions solides pour arrêter durablement la cigarette.

Articles similaires

Je choisis ma stratégie


Il est important de faire la différence entre se mettre à fumer une seule cigarette et se rechuter complètement dans le tabagisme. Si vous faites une petite erreur de parcours en fumant une seule cigarette, cela ne veut pas dire que vous êtes à nouveau dans le cycle de la dépendance à la cigarette.

Les bienfaits d’arrêter de fumer

La cigarette a des effets négatifs épouvantables, entre autres sur notre oxygénation et notre tension artérielle, en passant par les risques de maladies graves comme le cancer de la bouche ou du poumon ou des affections importantes sur le plan cardiovasculaire. Après deux jours, c’est la nicotine qui est expulsée tandis que les terminaisons nerveuses de l’ex-fumeur commencent à se régénérer. L’odorat, le goût et le sommeil s’améliorent également.

Syndrome de manque

Le syndrome de manque est la conséquence de la baisse brutale de la nicotine dans l'organisme en dessous d'un certain seuil auquel le fumeur est habitué ; dans cette situation, le cerveau, notamment ses récepteurs, réclame sa dose de nicotine. Nervosité, colère, agressivité, agitation, impossibilité de se concentrer, insomnie, envie de grignoter et de manger, tristesse, dépressive, anxiété, impossibilité de se concentrer...sont caractéristiques du syndrome de manque.